Question au Gouvernement : quelle politique vaccinale ?

Marisol Touraine n’a pas répondu à mon interpellation sur les questions liées à la vaccination, notamment la dangerosité des adjuvants à base d’aluminium.

 

Madame la ministre la santé,

Le 30 novembre 2016 le comité national  pour la rénovation de notre politique vaccinale a rendu son rapport : cette consultation que nous avions appelée de nos vœux devait répondre au scepticisme croissant des français. 

Car la France, berceau de la vaccination avec Pasteur, est devenue le pays le plus méfiant d’Europe.

Les modalités d’organisation du débat ont été contestées, des soupçons de conflit d’intérêt ont été signalés, mais surtout de vraies questions ont été occultées comme celle des adjuvants à base d’aluminium responsables d’effets secondaires très invalidants (comme la myofasciite à macrophages ou la fibromyalgie) ; ou encore l’impossibilité pour les parents de se procurer des vaccins limités aux seules valences obligatoires du DTP.

Les recommandations du rapport confinent à la provocation quand elles suggèrent au contraire l’extension de l’obligation vaccinale entérinant ainsi les pratiques de l’industrie.

Pour être clair soulignons qu’on est passé d’un vaccin initial à 6,54 euros à 40 euros aujourd’hui, intégralement remboursés bien sûr, et encore plus demain…

Le comité suggère également d’étendre aux jeunes garçons la  vaccination    ontre le cancer de l’utérus (Gardasil ou Cervarix ) dont l’intérêt est contesté par de nombreux médecins.

Ainsi, les conclusions du rapport  n’ont pas tari les inquiétudes des populations et en particulier des parents de jeunes enfants ; les seuls à se frotter les mains sont les laboratoires pharmaceutiques;

La vaccination a rendu des services inestimables et elle reste toujours nécessaire mais ce n’est pas en multipliant les obligations sans répondre aux questions légitimes du public que l’on rétablira le consensus.

Il vous appartient, madame la Ministre, d’apporter votre arbitrage aujourd’hui je n’imagine pas qu’après avoir bataillé pour le maintien de notre socle de solidarité, vous laissiez aux seuls fabricants de vaccins, la réponse finale.