Marisol Touraine sur les vaccins : circulez, il n’y a rien à voir !

Communiqué de presse
12 janvier 2017

Marisol Touraine sur les vaccins : circulez, il n’y a rien à voir !

 

Alors qu’il est nécessaire de rétablir un consensus sur la vaccination, la Ministre de la Santé ne répond pas aux interrogations légitimes de la population.

Lors de la séance des questions au gouvernement du 11 janvier, Jean-Louis Roumégas, député de l’Hérault, a interpellé Marisol Touraine, Ministre de la Santé, sur la question de la politique vaccinale en France. Il a soulevé plusieurs interrogations : dangerosité des adjuvants à base d’aluminium, indisponibilité des simples valences obligatoires, interrogation sur le Gardasil/Cervarix, problème des conflits d’intérêts.

Sur toutes ces questions, Marisol Touraine n’a pas répondu. Pire, elle déplace le sujet et caricature le débat en répondant comme si Jean-Louis Roumégas était contre la vaccination en général et en faisant l’éloge des vaccins.

Mais la question n’est pas là, il n’y a pas d’un côté les pro-vaccins et de l’autre les anti-vaccins, il y a des millions de français que se posent des questions sur les bénéfices et les risques de tel ou tel vaccin, sur les raisons de la disparition des vaccins sans aluminium ou de la pénurie des vaccins limités aux seules valences obligatoires pour les enfants (DTP) et qui ne trouvent pas de réponses.

Jean-Louis Roumégas juge particulièrement décevant que la Ministre de la Santé esquive le débat. La question de la vaccination est une question majeure de santé publique. La défiance est là, personne ne peut le nier. Et c’est avec des obligations supplémentaires que l’on rétablirai la confiance ? Non ! Cette attitude, la même depuis tant d’années, qui consiste a mettre d’emblée ceux qui posent des questions sur les vaccins dans le camps des dangereux criminels qui mettent en péril la communauté n’est pas admissible. On ne peut pas, aujourd’hui, après tant de scandales sanitaires, faire l’économie de la transparence et du débat.

Les français veulent savoir, ils veulent pourvoir mesurer le bénéfice-risque de chaque vaccin. Ils n’en peuvent plus d’être infantilisés par des responsables politiques ou par des experts, pas toujours très transparents avec les liens qu’ils entretiennent avec les laboratoires pharmaceutiques. Les français veulent comprendre, et ils ont raison.

 


Jean-Louis Roumégas questionne Marisol Touraine… par Roumegas